Seven

Performance cinématographique sur Seven, de John Cage

Pour la pièce Seven (flûte, clarinette, piano, percussion, violon, alto et violoncelle, John Cage, 1988, 20 minutes), ma démarche vise la construction d’une œuvre visuelle inspirée du système d’écriture utilisé par le compositeur. C’est une oeuvre de textures sonores, à laquelle j’ai répondu par des textures visuelles.

La partition musicale est élaborée à partir de segments temporels comprenant chacun un nombre défini de sons à interpréter, sans pour autant les organiser rythmiquement ou selon la synchronicité entre les instruments. En me basant sur cette partition, j’intégre le visuel comme un huitième instrument de cet ensemble. J’ajoute une couche sensorielle supplémentaire à la musique, sans basculer dans le figuratif ou la narrativité, mais plutôt en me servant des propriétés physiques de l’image pour établir des correspondances avec les sons. Afin de rendre la prestation plus tangible pour le spectateur, je propose une performance de projection de film 16mm avec des segments de film correspondant aux segments temporels de la partition de Cage.

D’une part, deux bobines de 20 minutes préparées suivent la structure de l’oeuvre. La première bobine de film préparé, sur l’écran de gauche, présente les mesures fixes de la composition de Cage, une par musicien. Sur la seconde bobine préparée, sur l’écran de droite, des segments à début et fin indéterminés ont été filmés. Le hasard détermine la manière dont le musicien et le film se répondent en direct, puisque chaque interprétation est ouverte.

D’autre part, le fim central est constitué d’une boucle, correspondant à une mesure dans la partition. Cette boucle est progressivement remplie de textures, selon un nombre déterminé de couleurs correspondant aux sept musiciens. Comme les musiciens, je suis la temporalité déterminée par les partitions, chaque couleur se révélant dans un segment d’une durée indéterminée.

Les gravures et traits gravés et dessinés dans la pellicule répondent aux  notes soutenues par les musiciens, afin de créer une corrélation étroite entre le visuel et le sonore.

Extrait du concert Synesthésie, 8 novembre 2018, Salle Multi à Québec.
Seven, John Cage, 20 minutes
MUSICIENS
Marie-Loup Cottinet, violoncelle
Samuel Desgagné Rousseau, clarinettes
Mélanie Evrard, violon
Fabienne Gosselin, piano
Raphaël Guay, percussions
Geneviève Savoie, flûtes
Alexanne Trudelle-Caron, alto

Performance sur 16mm: Anne-Marie Bouchard

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s